La Réfléxothérapie faciale

La stimulation du visage existe depuis très longtemps en Orient (Japon, Chine) où elle était surtout utilisée à des fins esthétiques, pour embellir le teint et maintenir la jeunesse.


Au Japon, il existe différents types de massage facial, surtout pour embellir la peau. Le plus célèbre est le massage Kobido (la maison Kobido est une très ancienne compagnie au Japon proposant des produits cosmétiques et des soins du visage incluant également un style de massage facial japonais) qui se fonde sur 48 techniques ancestrales uniques axées sur un traitement spécial à base de percussions. Cette technique intervient sur les méridiens et les points d’acupuncture et permet de rééquilibrer la circulation de l’énergie du visage et du cou, cette bonne répartition d’énergie étant à l’origine de la jeunesse de la peau.


En Chine, les points d’acupuncture du visage sont souvent stimulés en cas de sinusites  pour décongestionner et supprimer la douleur. Le visage est aussi stimulé pour retrouver la beauté dans le lifting par acupuncture qui a une action tonifiante sur l’ensemble des muscles de la peau du visage, et procure durablement un effet tenseur.


Au Vietnam, la stimulation faciale est l’axe principal de la méthode du Pr. Bui Qhoc Chau, acupuncteur né en 1942 à Vinh Long. Il travaillait en 1977 dans un centre de traitement des toxicomanies à Saigon et profita du grand nombre de patients pour valider sa théorie et établir dès 1980 la carte des points fixes du visage. En prenant compte des premiers résultats occidentaux en réflexologie, dont l’iridologie, la réflexologie endonasale et l’auriculothérapie, il réussit à établir les bases d’une discipline thérapeutique et mit au point les principaux schémas de réflexion sur le visage puis ensuite sur tout le corps. Il avait lancé initialement sa méthode sous le nom de « Facy therapy » abrégé de « facio-diagnostic et cybernétique thérapie ». Il a ensuite choisi un nom plus explicite comme la « réflexologie faciale » (Dien Cham). Il utilisait des aiguilles (cham signifiant aiguille en vietnamien) mais pour permettre à tout le monde de pratiquer sa méthode, il a au début des années 80 remplacé les aiguilles par différents outils qu’il a lui-même développés et qui permettent d’obtenir les mêmes effets sans piquer. Le Dien Cham a alors été rebaptisé Dien Chan.




La méthode de réflexothérapie faciale Sonia Fischmann découle des différents enseignants qu’elle a reçus (méthode Dien Chan), des différents courants existants, de ses années de pratique en cabinet et de ses propres recherches.


  


 En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à fournir des contenus adaptés et pour réaliser des statistiques sur notre site.

 Réservez votre séjour